FAQ

  1. Qu’est-ce queTransparency International?
  2. Qu’est-ce queTransparency International - Cameroon (TI-C) ?
  3. Quelles sont les actions de TI-C en faveur de la lutte contre la corruption au Cameroun ?
  4. Quels sont nos outils ?

 

  1. 1) Qu’est-ce que Transparency International?

Créée en 1993, Transparency International (TI) est la coalition mondiale de lutte contre la corruption. C’est une organisation de la société civile qui se consacre principalement à  l’instauration de la transparence et de l’intégrité dans la vie publique et économique. Grâce à ses 90 sections nationales dans le monde entier et à son secrétariat basé à Berlin, elle sensibilise l’opinion publique sur les effets dévastateurs de la corruption et travaille de concert avec les gouvernements, le secteur privé et la société civile afin de développer et mettre en œuvre des mesures visant à la combattre.

 

  1. 2) Qu’est-ce queTransparency International - Cameroon (TI-C) ?

Transparency International - Cameroon (TI-C) est la section nationale de TI. Créée en 2000 par quelques personnalités autour de son fondateur Me AKERE MUNA (aujourd’hui Vice-président mondial), TI-C a été accréditée comme section de TI en 2007. TI-C est une association de droit camerounais régie par la loi de 1990 sur la liberté de communication et d’association. Elle a pour objectif de prévenir et de combattre la corruption sous toutes ses formes (relations Etat à Etat, Etat à personnes physiques et morales, publiques ou privées…). Pour cela, TI-Cameroon attire l’attention du gouvernement camerounais et des partenaires publics et privés sur les effets néfastes de la corruption dans la société en général et plaide pour la promotion de la bonne gouvernance dans tous les secteurs de la vie publique.

TI-C se donne notamment pour mission d’approfondir la connaissance des phénomènes de corruption, de définir et mettre en œuvre des programmes d’actions, de sensibiliser et de former, de conseiller des pouvoirs publics et toutes autres personnes physiques ou morales sur les sujets touchant à la bonne gouvernance, et enfin d’apporter son concours aux victimes de pratiques illégales.

 

  1. 3) Quelles sont les actions de TI-C en faveur de la lutte contre la corruption ?

 

L’engagement de TI-C en faveur de la lutte contre la corruption n’est plus à démontrer. La section camerounaise de TI s’est illustrée à plusieurs reprises en faveur de la lutte contre la corruption à travers  la mise sur pied des  projets et des actions de  plaidoyer.

En ce qui concerne les projets,  nous pouvons citer :

  • Le projet TISDA (Transparency and Integrity in Service Delivery in Africa) qui  visait à contribuer à une intégrité, une transparence et une redevabilité renforcées dans le secteur de l’éducation primaire publique.
  • Le projet  TAP (Transparency and Accountability  Program) qui visait à lutter contre l’absentéisme des enseignants des écoles primaires publiques au Cameroun.
  • Le projet CAJAC (Centre Assistance Juridique et Action Citoyenne) qui vise à apporter aux victimes et aux témoins des actes de corruption un appui juridique, et mène un plaidoyer basé sur les expériences des citoyens.
  • Le projet d’observation et de suivi des élections qui vise à promouvoir la transparence électorale et la participation citoyenne pour l’instauration d’une démocratie durable, fondement de la bonne gouvernance.

 

A ces différents projets menés par TI-C, nous pouvons ajouter le plaidoyer constant pour la mise sur pied d’un cadre légal et de structures fiables de lutte contre la corruption (décret d’application de l’article 66, Loi anti-corruption…), le plaidoyer pour la gratuité de  l’école primaire publique, l’étude du Système  National d’Intégrité(2007)  et l’Enquête Nationale  2006 sur la Corruption au sein des Entreprises au Cameroun.

 

  1. 4) Quels sont nos outils ?  

 

Les outils de TI sont:

  • L’INDICE DE PERCEPTION DE LA CORRUPTION (IPC) : c’est un indice composite qui classe les pays selon le niveau de perception de la corruption,  à partir des sondages d’experts. Il existe depuis 1995.
  • LE BAROMETRE MONDIAL DE LA CORRUPTION (BMC) : c’est une sorte de « Vox Pop » qui révèle chaque année depuis 2003 le degré de corruption des institutions tel qu’il est perçu par l’opinion publique.
  • L’INDICE DE CORRUPTION DES PAYS EXPORTATEURS (ICPE) : cet indice mesure depuis 1999 la pratique des pots-de-vin en dehors de leurs pays d’origine par les compagnies des 30 plus grands pays exportateurs du monde. L’ICPE est la réponse de Transparency International au déséquilibre analytique issu de l’IPC.
  • LE RAPPORT MONDIAL DE LA CORRUPTION (RMC) : ce rapport fournit une évaluation annuelle du niveau de corruptiondans le monde.

 

  • ETUDES DES PAYS SUR LE SYSTEME NATIONAL D’INTEGRITE (SNI)

En 2007, TI-C a publié l’étude sur le Système National d’Intégrité (SNI) du Cameroun qui a démontré que bien que le pays soit engagé dans la lutte contre la corruption depuis quelques années, celui-ci ne semble pas encore produire les effets escomptés des priorités et diverses recommandations.

Mis à jour le mardi 15 septembre 2015 12:49

Corruption au Cameroun

voleur

Victime ou témoin de corruption au Cameroun ? Contactez le CAJAC.

Visiteurs

3025597
Today
Yesterday
This Week
All
808
1742
3298
3025597
Your IP: 54.158.252.131
Server Time: 2017-08-23 15:47:24
JSN Epic template designed by Serge NanFor 9Web