Success Story 1: Frais d'Apee

article-education-apeeVendredi 14 décembre 2012, jour de remise de bulletin dans toutes les écoles primaires publiques du Cameroun. Dans une école primaire publique de la localité de Kribi, ville située à environ 292 Kilomètres de Yaoundé la capitale du Cameroun, la différence ici est marquée par le fait qu’une centaine d’élèves ne pourront pas avoir leurs résultats de fin de trimestre. Leurs bulletins sont retenus par le Directeur d’école. La raison invoquée ici par le corps d’administratif est le non payement des frais exigés dans le cadre de l’Association des Parents d’élève et d’enseignants (APEE).

 

Il est monnaie courante que les enfants soient exclus des écoles punis ou privés de leurs droits, pour n’avoir pas payé les frais d’APEE. Ces frais sont la plupart de temps fixés arbitrairement par les directeurs d’école ou les présidents d’APEE, et imposés à tous les élèves. Pourtant le décret présidentiel n° 2001/041 du 19 février 2001 stipule que  les contributions des APE sont volontaires,  les élèves des écoles primaires publiques étant exemptés de toute contribution annuelle exigible.

Le Centre d’Assistance Juridique et d’Action Citoyenne de Transparency International Cameroon a  de ce fait été saisi par M. Peter, père de quatre enfants tous élèves de cette école primaire publique de Kribi. M. Peter s’est personnellement rendu auprès du directeur pour réclamer les bulletins de ses enfants , ce dernier a exigé qu’il paye au préalable cinq mille francs CFA pour chaque enfant, soit un total vingt mille francs CFA (environ 31 Euros).   M. Peter s’est rendu à la délégation départementale de l’éducation pour ce cas d’extorsion qu’il estime être injuste et illégal.  N’obtenant aucune solution auprès de la délégation, il contacte donc en désespoir de cause TI Cameroon. TI Cameroon a contacté à son tour, l’inspecteur général du Ministère de l’Education de Base qui a immédiatement saisi l’Inspecteur d’Arrondissement de Kribi.  Il a été intimé au Directeur d’école, l’ordre de remettre les bulletins de tous les élèves sans délais ni conditions, car, il agissait en marge de la réglementation en vigueur.

Une trentaine de minutes plus tard, M. Peter a contacté TI-Cameroon pour signifier que les bulletins de ses enfants lui avaient été remis. Les autres parents d’élèves ont également pu récupérer les bulletins de leurs enfants. L’acte posé par M. Peter est un acte de bravoure, dans une société ou les citoyens ont encore du mal à dire non à la corruption. TI Cameroon œuvre au quotidien pour renforcer les citoyens et les accompagner dans leur combat pour l’intégrité, la transparence et la justice sociale.

Mis à jour le vendredi 16 octobre 2015 13:18

Corruption au Cameroun

voleur

Victime ou témoin de corruption au Cameroun ? Contactez le CAJAC.

Visiteurs

3157584
Today
Yesterday
This Week
All
159
1295
1454
3157584
Your IP: 54.198.221.13
Server Time: 2017-11-21 02:49:07
JSN Epic template designed by Serge NanFor 9Web