Les Comités paysans forets à l'école de la transparence et l'intégrité dans le processus REDD+ au Cameroun

La participation pleine et entière des populations est considérée comme une condition essentielle pour la réussite du processus REDD+ au Cameroun. Cette participation vise à faire des populations, des véritables partenaires de l’Etat pour la sauvegarde de l’environnement en général et des forêts en particulier. A ce sujet les comités paysans forêts (CPF) jouent un rôle essentiel. La décision N° 1354/D/MINEF/CAB du 26 novembre 1999 du MINEF qui crée cette entité lui donne une place de choix dans la procédure de classement des forêts du domaine permanent de l’Etat. Les CPF ont trois principaux rôles auprès des populations, à savoir : sensibiliser, informer et surveiller ou contrôler les forêts dont la communauté à la charge. Au regard de ce rôle, il est évident que les CPF constituent des partenaires indispensables pour garantir l’intégrité et la transparence forestière au Cameroun. La mise en œuvre des activités de la REDD+ doit s’inspirer de ce partenariat, d’où l’important de former et de sensibiliser ce groupe d’acteurs sur les questions liées à la transparence et l’intégrité dans la REDD+. Cette réflexion a fait l’objet des ateliers organisés du 10 au 15 octobre 2016 par Transparency International Cameroon dans le cadre du projet ‘’ REDD+ Governance and finance integrity for Africa’’ dans le département du Haut Nyong.

Au cours de ces ateliers, une quarantaine de participants ont été formés sur le mécanisme REDD+, le lien entre REDD+ et la corruption. Les participants ont également planché sur leurs   implications dans la mise en œuvre des activités REDD+.

Il ressort globalement de ces ateliers que :

-          Les CPF n’ont pas totalement connaissance de la REDD+

-          Les CPF ne sont pas impliqués dans le processus de préparation du pays à la REDD+

-          Les défis de gouvernance forestière restent majeurs dans ces localités

-          Les CPF ont des limites quant aux moyens de dénonciation car ils sont l’objet de pression de toute part en provenance des industriels du bois et de l’administration forestière

-          Le manque d’information sur l’étendue de leurs responsabilités.

Au regard de ces constats, les CPF souhaitent pour l’efficacité de leurs actions dans le mécanisme REDD+ :

-          Le renforcement de leurs capacités

-          La mise à leur disposition du matériel efficace pour faire face aux actes illicites dont ils ont connaissance (appareil GPS etc.)

-          Leurs implications dans les activités qui se déroulent dans leurs localités

-          Le renforcement des moyens de dénonciation

Les recommandations des CPF ainsi relevées seront transmises au Secrétariat Technique REDD+ chargé de l’élaboration de la stratégie nationale.

Mis à jour le vendredi 11 novembre 2016 12:16

Corruption au Cameroun

voleur

Victime ou témoin de corruption au Cameroun ? Contactez le CAJAC.

Visiteurs

3074312
Today
Yesterday
This Week
All
202
1152
1354
3074312
Your IP: 54.92.158.65
Server Time: 2017-09-26 01:55:00
JSN Epic template designed by Serge NanFor 9Web