Atelier sur la cathographie des risques de corruption dans le processus Redd+ au Cameroun

environmental-protection-326923 640Dans le cadre de la mise en œuvre du projet « REDD+ Governance and Finance Integrity for Africa » financé par l’Union Européenne, Transparency International Cameroun (TI-C) a organisé les 17 et 18 septembre 2015 à l’hôtel Palm Beach Plus de Kribi un atelier sur le thème : « Cartographie des risques de corruption dans le processus REDD+ au Cameroun ». Cet atelier a bénéficié de l’appui financier de l’agence de la Gesselschaftfür Internationale Zusammenarbeit (GIZ).

 

L’atelier avait pour objectif général de recueillir des éléments solides pour l’élaboration de la cartographie des risques de corruption. Il était question pour les parties prenantes préalablement identifiées, de passer en revue les risques de corruption auxquels s’exposent le processus REDD+ au Cameroun et les solutions pour y remédier.

Plus spécifiquement, il s’agissait de :

-           Faire participer toutes les parties prenantes dans la construction de la cartographie des risques de corruption

-           Identifier les risques de corruption potentiels et proposer des solutions pour y remédier

-           Elaborer et remplir la fiche de cartographie.

Une vingtaine de participants représentant le secteur forestier, l’administration, le parlement, les partenaires au développement, la société civile et les entités de lutte contre la corruption ont pris part à cet atelier qui s’est déroulé sur deux jours.

La première journée a été consacrée aux présentations et aux travaux de groupe. La présentation du projet REDD+ IN a planté le décor de cette journée de travail. La fiche de cartographie remise aux participants a été le fil conducteur des travaux de groupe. Elle présentait les cinq thématiques de travail et les orientations méthodologiques.

La seconde journée a été quant à elle marquée par la poursuite des travaux de groupe et des restitutions en plénière.

Plusieurs exposés ont meublé ces deux journées de travail, notamment, l’exposé sur la présentation des TDRs de l’étude globale sur la cartographie des risques de corruption et les enjeux de l’atelier, faite par Lucain Nyassi, coordonnateur de projet pour TI-C. Cet exposé est revenu sur l’objectif général de l’étude de cartographie à savoir contribuer à l’incitation d’une gouvernance et d’une gestion REDD+ libre de toutes formes de corruption via un cadre légal propice à l’atteinte d’un développement socio-économique durable tout en protégeant la biodiversité. L’exposé a également mis en exergue la méthodologie de la cartographie qui repose sur trois étapes essentielles notamment le « Field Based interview», le Focus Group discussion et l’atelier de Validation. Le chef de projet a invité les participants à se poser des questions utiles relatives à la prise en compte des sauvegardes environnementales et sociales.

Ces exposés ont donné lieu à de nombreuses préoccupations des participants qui tournaient autour de l’intérêt du projet, du mécanisme de gestion des fonds alloués à la mise en œuvre de la REDD+, du sort réservé aux résultats de la cartographie et de la place des communautés dans le projet REDD+ IN. A ces différentes interrogations, l’équipe du projet précise que la mise en œuvre des fonds colossaux peut engendrer la corruption et les détournements. Il importe de faire un rappel pour que le moment venu la mise en œuvre du projet ne souffre pas de problèmes de corruption ayant affecté les initiatives antérieures. Concernant les fonds, pour le moment, aucun mécanisme de décaissement des fonds n’est défini. Chaque bailleur a ses exigences et ses procédures. Au cas où le bailleur n’a aucune procédure ni exigence, on se réfère au manuel de procédures conçu par la Coordination Nationale.

L’un des exposé qui a marqué ces travaux fut celui directeur exécutif de Transparency Cameroon, qui portait sur le rappel du concept de corruption. Cette présentation a permis aux participants d’avoir différentes approches définitionnelles du concept de corruption. Selon Transparency International la corruption est l’abus d’un pouvoir reçu en délégation à des fins privées. Selon cette définition, toute personne ayant un pouvoir ou une autorité en délégation et qui l’utilise à des fins personnelles ou pour son entourage peut être accusée de corruption. Pour la Banque Mondiale, la corruption est l’abus d’une fonction publique en vue d’un gain privé.La Convention de Mérida quant à elle fournit une définition plus englobante du concept de corruption. La corruption serait ainsi, « le fait de commettre ou d’inciter à commettre des actes qui constituent un exercice abusif d’une fonction (ou un abus d’autorité), y compris par omission, dans l’attente d’un avantage ou pour l’obtention d’un avantage, directement ou indirectement promis, offert ou sollicité, ou à la suite de l’acceptation d’un avantage directement accordé, à titre personnel ou pour un tiers ». L’orateur s’est par ailleurs appesanti sur la typologie de la corruption. Il ressort que la corruption peut être petite, grande, active ou passive. En passant en revue le cadre légal et institutionnel de lutte contre la corruption au Cameroun, cet exposé a permis aux participants d’être édifiés sur la panoplie d’instruments juridiques tant internationaux, régionaux que nationaux permettant de réprimer ce fléau au Cameroun. Il a également mis en exergue le cadre institutionnel non moins important. M NGOH YOM a toutefois relevé les influences que pourraient subir ces structures.

Au terme de cette session, la parole a été donnée aux participants pour recueillir leur appréciation de ces deux jours de travaux. De cet exercice, il ressort que dans l’ensemble, les participants ont apprécié cette initiative de TI-C, ils se disent heureux du déroulement des travaux et espèrent par ailleurs que la cartographie en gestation ne restera pas dans les placards mais trouvera échos auprès de qui de droit.

C’est par un mot de clôture du Directeur Exécutif de TI-C que s’est clôturée cette aventure.

Mis à jour le vendredi 6 novembre 2015 13:38

Corruption au Cameroun

voleur

Victime ou témoin de corruption au Cameroun ? Contactez le CAJAC.

Visiteurs

3108703
Today
Yesterday
This Week
All
157
1328
1485
3108703
Your IP: 54.80.148.252
Server Time: 2017-10-17 01:51:19
JSN Epic template designed by Serge NanFor 9Web